De la prière de l’éclipse solaire/lunaire

description de la leçon

Le soleil et la lune sont parmi les signes du seigneur du Très Haut. Le seigneur les éclipse lorsque les péchés deviennent abondants chez les serviteurs et ce afin qu’ils retournent à Lui et qu’ils se repentissent. A cet effet, Allah ordonna la prière de l’éclipse afin qu’ils supplient le seigneur pour qu’Il dissipe le malheur.

Louange à Allah ! Nous Le louons, cherchons secours auprès de Lui et sollicitons son pardon. Nous nous réfugions auprès d’Allah contre nos mauvais penchants et nos mauvaises actions. Quiconque est guidé par Allah, rien ne pourra l’égarer et quiconque est abandonné par Allah, rien ne pourra le guider. Nous attestons qu’il n’y a de divinité qu’Allah sans associé et nous attestons que Mouhammad est son serviteur et dernier envoyé à toute l’humanité. Nous Lui sommes reconnaissants pour avoir assujetti à notre profit ces deux astres que sont le soleil et la lune.

Serviteurs d’Allah !

Parmi les signes attestant de la grandeur et de la sagesse d’Allah, figurent l’alternance du jour et de la nuit, les phénomènes de marées hautes et basses, qui ont des incidences vitales pour la vie sur terre. Tout ces phénomènes de la création sont déterminés par le soleil et la lune . Plus le savoir humain se développe, plus la structure de ces deux astres ainsi que leurs fonctions par rapport à la terre révèlent certains de leurs secrets. Les influences sur notre planète sont nombreuses et toutes concourent à ce que la terre soit habitable par l’humain. Les astrophysiciens se sont rendus compte que la rotation de ces astres, les mouvements sur leurs orbites, ainsi que la rotation de la terre sur elle-même et autour du soleil se font de façon harmonieuse : « Pour vous, Il a assujetti la nuit et le jour; le soleil et la lune. Et à Son ordre sont assujetties les étoiles. Voilà bien là des preuves pour des gens qui raisonnent. » (S16, V12)

C‘est ainsi que si la terre était à une distance moindre que celle qu’elle a depuis des années qui se compte en milliards selon les spécialistes de ce domaine, il ferait trop chaud pour que la vie y soit possible. Dans le même registre, si la terre était tant soi peu plus éloignée du soleil, il ferait trop froid pour que la vie puisse s’y développer. Rien qu’à partir de ces exemples, l’on se rend compte que tout obéi à un réglage minutieux : «Dieu est Celui qui a élevé [bien haut] les cieux sans piliers visibles. Il S'est établi [istawa] sur le Tròne et a soumis le soleil et la lune, chacun poursuivant sa course vers un terme fixé. Il règle l'Ordre [de tout] et expose en détail les signes afin que vous ayez la certitude de la rencontre de votre Seigneur. » (S13, V2)

Ces deux astres, le soleil et la terre, dans leurs formes, luminosité, et mouvement cyclique de va et vient ont toujours fasciné les peuples. Ce qui les a conduits à leur donner des attributs divins et à les adorer. Le Coran corrige alors cette représentation erronée, et de plutôt adorer le créateur de ces deux astres : « Parmi Ses merveilles, sont la nuit et le jour, le soleil et la lune : ne vous prosternez ni devant le soleil, ni devant la lune, mais prosternez-vous devant Dieu qui les a créés, si c'est Lui que vous adorez. » (S41, V37)

Tout ceci devrait mener l’observateur humain libre de tout préjugé à reconnaitre l’exercice d’une autorité unique, toute puissante et tout sage, sur l’ensemble de la création. Toute dérégulation dans le fonctionnement des astres peut être source de chaos général sans que ce petit homme ne puisse rien y faire. Dans ce registre, le Coran mentionne comment le prophète Ibrahim va justement recourir à l’ordre astral pour confondre le roi rebelle qui prétendait à la divinité : « N'as-tu pas su (l'histoire de) celui qui, parce que Dieu l'avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur ? Abraham ayant dit : "J'ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort", "Moi aussi, dit l'autre, je donne la vie et la mort." Alors dit Abraham : "Puisque Dieu fait venir le soleil du Levant, fais-le donc venir du Couchant." Le mécréant resta alors confondu. Dieu ne guide pas les gens injustes. » (S2, V258)

Des perturbations touchant au mouvement des astres notamment le soleil et la lune sont à juste titre source d’inquiétude pour les humains que nous sommes. C’est ainsi que chez les peuples adorateurs des astres, se pratiquaient et se pratiquent encore sous certains cieux, des sacrifices de toute sorte pour prétendument obtenir les faveurs du soleil et de la lune et se protéger de leur colère. Par contre, en Islam, religion intraitable sur le tawhid, l’unicité absolue de Dieu qui ne ressemble à rien d’autre que Lui-même, et qui contrôle toute Sa création, les choses se présentent autrement.

En effet, selon la conception islamique de la divinité, toute forme d’animisme et de panthéisme est rejetée. Dieu n’est en rien assimilable à Ses créatures VERSET les créatures ne peuvent en rien être dépositaires de prérogatives divines à moins que l’homme spirituellement aliéné ne les leur attribuent de façon délibérée et injuste. Cette aliénation le tire alors vers le bas et crée les conditions de sa soumission à des créatures qui lui sont assujetties : « Ne voyez-vous pas que Dieu vous a assujetti ce qui est dans les cieux et sur la terre ? Et Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés. Et parmi les gens, il y en a qui disputent à propos de Dieu, sans science, ni guidée, ni Livre éclairant. » (S31, V20)

Cette propension chez les humains à s’égarer dans le domaine de la croyance est fortement combattue par les enseignements de l’Islam qui justement a pour projet fondamental, de libérer tous les hommes de toutes les formes d’association (chirk). Allah seul est le créateur, souverain sur sa création, propriétaire absolu de sa création et contrôlant tout ce qu’il s’y passe de grand ou petit, apparent ou caché. Nul autre que Lui ne peut apporter un bienfait à la créature et nul autre que Lui ne peut nuire à la créature. Toute capacité ou pouvoir d’une créature vient de Lui et Il peut l’en dépouiller quand et comme Il veut. Son action sur le feu pour sauver Ibrahim en est une bonne illustration.

C’est en droite ligne de cette lutte inlassable pour la liberté de l’homme et son salut qui passe inévitablement par la reconnaissance du tawhid et de ses implications, que s’inscrit ce hadith du prophète lorsque s’est produite de son vivant une éclipse solaire : « Le soleil et la lune sont deux signes de Dieu. Aucune éclipse ne se produit à cause de la mort de quelqu’un ou de sa vie. A chaque fois que cela se produit, invoquez Dieu, proclamez sa grandeur, faites l’aumône et priez » (Boukhary et Mouslim).

Dans une autre variante, il est dit « Si vous constatez ce phénomène, adonnez vous au zikr, invoquez Dieu et sollicitez son pardon ».

Serviteurs d’Allah !

Les choses inhabituelles qu’il nous arrive d’observer et qui feront légion à la fin des temps comme l’annoncent le Coran et les hadtihs ne se produisent pas à son insu, loin s’en faut. Les limites de notre petit savoir humain sont le signe de notre impuissance et de la nécessité de s’en remettre totalement à Allah en toute confiance. C’est ainsi que par exemple, même s’il existe une explication scientifique du tonnerre, il n’en demeure pas moins que la révélation nous donne l’information selon laquelle, il s’agit aussi de tasbîh. Dans le même registre, la révélation coranique nous dit que toute créature, au-delà de sa fonction apparente, s’adonne à la proclamation incessante de la gloire d’Allah et de Sa sainteté (tasbîh), une activité insoupçonnée des humains.

Serviteurs d’Allah!

Nous voyons bien que lorsque des perturbations surviennent au niveau des astres, la recommandation du prophète s’inscrit dans le projet du tawhid, à savoir, pour ce cas-ci, ne pas associer ce phénomène à des préoccupations humaines. Seul Allah a de l’influence sur ces phénomènes. Ce qui freine ainsi toute propension de basculement vers des superstitions préjudiciables au crédo islamique. Si une éclipse solaire ou lunaire se produit, il nous est demandé de nous adresser au Seigneur qui a fait ces astres et les lois qui les régissent, pour nous confier à lui, Lui redire notre impuissance et notre fragilité face à ces phénomènes grandioses.

Ce n’est pas par hasard que ce soit par la médiation de la prière, de l’invocation, de l’aumône, de la demande de pardon, de la mention de Dieu (zikr), que le serviteur éclairé par la guidance prophétique établit une relation apaisée et sereine avec ces phénomènes cosmiques. La pratique de ces différents cultes installe la paix entre les serviteurs, Dieu et toute la création.

Serviteurs d’Allah !

En réalité, de par ses Noms et attributs sublimes, notre Seigneur accepte la sollicitation sincère de Son pardon par les pécheurs que nous sommes : « Dis : "Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. Car Dieu pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux". 54. Et revenez repentant à votre Seigneur, et soumettez-vous à Lui, avant que ne vous vienne le châtiment et vous ne recevez alors aucun secours. 55. Et suivez la meilleure révélation qui vous est descendue de la part de votre Seigneur, avant que le châtiment ne vous vienne soudain, sans que vous ne [le] pressentiez. » (S39, V53-55)

Dans le hadith qudsy, notre Seigneur dit : « Ô Serviteurs ! Vous péchez jour et nuit lors que Je pardonne tous les péchés. Sollicitez mon pardon et je vous l’accorde. » (Mouslim) Dans un autre hadith qudsy, il est dit : « Ma miséricorde précède ma Colère ».

Louange à Allah ! Que les bénédictions et la paix divines soient sur le sceau des prophètes ainsi que sa famille.

En aucune manière, il ne s’agit pour notre Seigneur de se lasser de pardonner à Ses serviteurs. Tous les matins, II tend la main au pécheur pour lui accorder son pardon s’il le sollicite, de même que tous les soirs. A tout instant, notre Seigneur Al ghafour, At tawwab est disposé à accepter tout repentir sincère du serviteur. La disposition humble du serviteur à solliciter le pardon de notre Seigneur et Lui présenter son repentir est inscrite par le Coran dans le registre des hautes vertus spirituelles.

Serviteurs d’Allah !

Al istighfar, la sollicitation du pardon divin n’est pas une attitude banale et ne doit pas être une pratique accidentelle chez le serviteur. En effet, il doit être conscient du lien que le Coran établit entre cette demande de pardon et la satisfaction des besoins de divers ordres : « J'ai donc dit : "Implorez le pardon de votre Seigneur, car Il est grand Pardonneur, 11. pour qu'Il vous envoie du ciel, des pluies abondante, 12. et qu'Il vous accorde beaucoup de biens et d'enfants, et vous donne des jardins et vous donne des rivières. » (S71, 10-12)

Dans le même registre : « Ô mon peuple, implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui pour qu'Il envoie sur vous du ciel des pluies abondantes et qu'il ajoute force à votre force. Et ne vous détournez pas [de Lui] en devenant coupables » (S11, V52)

Cette éclipse doit nous faire revenir humblement vers Allah par le repentir. Pour montrer la sincérité de notre repentir, cessons immédiatement les mauvaises actions, regrettons ce que nos mauvais penchants nous ont fait faire, prenons l’engagement devant Allah de ne pas y revenir et demandons Lui de nous donner la force de ne pas y revenir : « et pour ceux qui, s'ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en désobéissant à Dieu), se souviennent de Dieu et demandent pardon pour leur péchés - et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Dieu ? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu'ils ont fait. » (S3, V135)

Ne nous lassons pas d’invoquer Allah sans toutefois perdre de vue que l’obéissance est nécessaire à une bonne issue : « Et quand Mes serviteurs t'interrogent sur Moi... alors Je suis tout proche : Je réponds à l'appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu'ils répondent à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils soient bien guidés » (S2, V186)

Il n’est pas meilleure incitation à la sollicitation fréquente du pardon que ce hadith : « Quiconque pratique fréquemment la demande de pardon, Allah le soulagera de tout souci, lui trouvera une issue alors qu’il était dans la gêne, et lui donnera des moyens de subsistance par des voies insoupçonnées. » (Abou Daoud, Ibn Madjah, Ahmad)

La prière est le premier recours du musulman en toute circonstance pour se confier à Dieu, dialoguer avec Lui notamment en cas de souci portant sur des phénomènes hors du contrôle humain. Donner l’aumône est un signe de foi, une volonté d’auto-purification, et une posture compassionnelle louable qui inscrit son artisan dans le cercle des pieux auprès de Dieu. L’aumône peut aussi être un moyen d’écarter un quelconque préjudice ou une épreuve.

Seigneur ! Nous avons été injustes envers nous-mêmes. Si Tu ne nous accordes pas Ton pardon, nous serons parmi les perdants.

Seigneur ! Fasse que cette éclipse ne nous porte aucunement préjudice et nous rappelle ta Puissance et Ta sagesse.